La floriculture : Mais qu’est-ce donc ?

0
1391
floriculture

Tant par leurs couleurs et leurs parfums que par leur beauté, les fleurs ont depuis toujours exercé un certain attrait sur les sens. Nombreuses sont donc les personnes qui, passionnées par les plantes et les fleurs, décident de procéder à leur culture en tant qu’amateurs ou professionnels. Dans le secteur de la production de plantes à fleurs, il existe désormais de nombreux spécialistes parmi lesquels figurent en bonne place les floriculteurs. Afin de vous permettre d’en savoir plus sur la floriculture, les informations ci-après sont mises à votre disposition. Grâce à ces dernières, vous pourrez également obtenir des détails sur l’impact positif ou négatif que peut avoir la floriculture sur l’environnement.

La floriculture, qu’est-ce que c’est ?

Considérée comme l’une des principales disciplines de jardinage professionnel ou amateur, la floriculture s’occupe essentiellement de la culture de plantes qui produisent des fleurs. Il peut notamment être question de la culture de plantes ornementales ou de plantes à fleurs pour les paysages floraux et les jardins. Au nombre de ces plantes à fleurs figurent :

  • Les tulipes ;
  • Les rosiers ;
  • Les cosmos ;
  • Les géraniums.

Le développement de nouvelles variétés de fleurs ou la création de cultivars par le biais de l’amélioration des plantes est aussi l’une des importantes occupations des spécialistes de la floriculture. Pour la production des plantes herbacées ou des fleurs coupées dédiées aux fleuristes, la floriculture se déroule le plus souvent en extérieur ou en serre.

Avec un degré d’homogénéité élevé, les tubercules, les oignons ou les plantes issus de la floriculture ont la caractéristique de produits industriels lorsqu’ils sont cultivés de manière massive à des fins commerciales. Pour pouvoir atteindre les différents processus d’une production industrielle de fleurs ou de plantes ornementales, la floriculture est une activité qui s’est peu à peu éloignée de l’artisanat.

Les techniques floricoles appropriées qui ont par ailleurs été développées au fil du temps permettent désormais d’anticiper, de prolonger ou de retarder la période de production de certaines plantes. L’actuelle technologie utilisée en floriculture permet donc d’influer sur la période de floraison de plusieurs plantes forales tout au long de l’année. La floriculture est donc très différente du jardinage puisque ce dernier est essentiellement limité à la prise en compte de la météorologie et des diverses variations saisonnières.

 

Aspects positifs ou négatifs de la floriculture sur l’environnement

Comme toute activité humaine, la floriculture peut avoir aussi bien un impact positif que négatif sur l’environnement.

En ce qui concerne l’aspect positif de cette activité, on peut évoquer le fait qu’elle a favorisé la limitation du prélèvement dans la nature d’espèces rares telles que les orchidées par exemple.

Ces espèces rares ont donc pu être préservées de la disparition. L’un des principaux avantages de la floriculture réside par ailleurs dans le fait qu’elle est désormais une source d’emplois très importante dans de nombreux pays tropicaux en voie de développement.

Pour les aspects négatifs de la floriculture, l’on peut évoquer la trop grande utilisation de pesticides ou d’intrants chimiques qui ont plus tard d’importants impacts sur la santé de nombreux floriculteurs et sur l’environnement. La diffusion de certaines espèces de plantes peut par ailleurs être à l’origine d’une pollution génétique, de la perte de la biodiversité, de la mortalité de papillons, d’abeilles ou d’autres insectes ayant été exposés aux insecticides. De plus, certaines serres qui demeurent très éclairées durant la nuit peuvent contribuer à l’avènement d’une pollution lumineuse.

Pour éviter ces diverses conséquences, de nombreuses entreprises horticoles ont recours à la lutte biologique intégrée. Pour ce faire, elles utilisent contre les pucerons, des insectes prédateurs. Les insectes auxiliaires auxquels ils ont recours limitent de manière significative l’utilisation de divers produits chimiques.

 

Quelles sont les compétences requises pour devenir un floriculteur ?

Le floriculteur est essentiellement chargé de cultiver, de récolter et de conserver ensuite des plantes florales et des plantes vertes.

Il doit également assumer les soins préventifs et les soins quotidiens de ces plantes. Cette activité qui comporte des opérations répétitives et des cycles saisonniers nécessite à la fois de la minutie, du soin et une grande résistance physique.

Pour pratiquer ce métier, il faut de préférence avoir un CAPA en productions horticoles dans la spécialité des productions légumières et florales. Après le CAPA en productions horticoles, vous pouvez aussi effectuer en trois ans un bac professionnel en productions horticoles. Vous pourrez alors bénéficier plus tard d’une bonne insertion. Les principaux employeurs des spécialistes de la floriculture sont en outre les entreprises et exploitations spécialisées dans le domaine de la floriculture.

PARTAGER
Article précédentComment bien entretenir son jardin ?
Article suivant4 fleurs indispensables pour un beau jardin !
Emmanuel
Ma passion est mon jardin. Je passe des journées voire week-end entier à l'entretenir. J'ai donc décidé de faire le pas en lançant ce blog, afin de partager cette passion et en espérant aider les plus novices à travers mes articles.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici