Comment planter et entretenir des palmiers ?

0
57

D’origine tropicale, les palmiers se développent dans les régions chaudes du globe. S’ils sont d’utilités diverses dans leurs contrées d’origine, les palmiers sont cultivés en Europe pour leur grand intérêt ornemental. Ils sont dans l’ensemble plutôt faciles à cultiver et entretenir. La suite de cet article vous explique de façon pratique comment y arriver.

Les palmiers en quelques mots

Les palmiers font partie de la famille des Arécacées qui regroupent près de 2800 espèces réparties en 200 genres environ. La grande majorité pousse dans les zones tropicales et subtropicales de l’Afrique, de l’Asie du Sud Est, des Amériques, d’Océanie et d’Australie. Certaines espèces purement tropicales sont cultivées comme plante d’intérieur tandis que d’autres, plus rustiques, s’adaptent bien à notre environnement extérieur.

Les palmiers ont généralement un feuillage persistant et penné (en forme de peigne). Ils ont une longue tige centrale garnie de folioles latérales fines et allongées. Chez certaines espèces, les feuilles ont une forme d’éventail arrondi plus ou moins découpé profondément. Des épines peuvent apparaitre le long de la portion qui relie la tige aux feuilles. Celles-ci sont relativement retombantes selon les variétés.

La floraison a lieu sur les palmiers matures après 20 à 40 ans de culture. Les fleurs sont d’une coloration variant de la crème au jaune orangé suivant les espèces. Les plantes femelles pollinisées produisent, en climat favorable, une fructification parfois comestible.

Vous en savez assez à présent, il est temps de trouver des plants de palmiers et de vous apprêter à les cultiver.

La plantation des palmiers

Les palmiers peuvent être installés à tout moment de l’année, mais ils préfèrent la période du printemps de mars à juin. Ils peuvent pousser au soleil comme à mi-ombre, mais ils apprécient être protégés des vents froids d’hiver pouvant abimer leur feuillage persistant.

Niveau pédologie, les palmiers se développent sur la plupart des sols notamment les sols drainés sur lesquels il n’y a pas d’humidité stagnante en hiver. Il existe des variétés qui tolèrent des sols calcaires et secs qui ralentissent leur croissance, bien que déjà lente. On distingue deux types de plantation quand il s’agit des palmiers.

Plantation en pleine terre

Choisissez l’emplacement avec soin. Si vous n’êtes pas dans un climat favorisé de la méditerranée ou du littoral atlantique, privilégiez un endroit à l’abri des vents dominants.

  • Creusez un trou de plantation qui peut être profond de 50 cm à 60 cm et large de 50 cm pour bien ameublir la terre. Les herbes et racines indésirables doivent être dessouchées.
  • Les éventuels cailloux peuvent être laissés pour favoriser un bon drainage. Cela peut être amélioré par du gravier ou des tessons de poterie disposés au fond du trou de plantation dans un sol humide.
  • Mélangez à la terre extraite, un tiers de bon terreau de plantation avec 2 à 3 pelletées de fumure organique. Commencer à replacer ce mélange dans le trou de plantation.
  • Si votre plant de palmier est livré en pot, dépotez-le délicatement et arrosez-le ou faites-le tremper dans une bassine d’eau pour bien hydrater la motte de terre.
  • Desserrez légèrement les racines entremêlées et placez la motte de la plante de façon à ce qu’elle coïncide avec le niveau naturel du sol.
  • En sol à tendance argileuse ou humide, il est conseillé d’effectuer une plantation sur butte de sorte qu’elle soit surélevée et que l’eau ne stagne pas au pied du palmier.
  • Après la plantation, arrosez le plant et étalez un paillage végétal ou minéral qui protégera le sol tout en gardant l’humidité qu’il faut.

Plantation en bac

Les palmiers s’adaptent bien en plantation en bac, ce qui permet leur installation partout en France. Cela facilite leur délocalisation vers un endroit lumineux hors du gel pour les protéger du froid d’hiver.

  • Préparez un mélange composé d’un tiers de terre végétale (ou de jardin), un tiers de terreau pour plantation et un tiers de compost mélangé à du drainage (gravier, billes d’argiles expansées, pouzzolane, etc.). Au défaut, vous pouvez choisir un terreau pour Plantes Méditerranéennes.
  • Choisissez des pots de 40 à 50cm de côté et de profondeur pour garantir une croissance harmonieuse des plants.

La plantation bien effectuée, passons maintenant à l’entretien des plants.

L’entretien

des palmiers

Si les palmiers sont des plantes qui se développent dans les régions chaudes du globe, il est à noter que leurs exigences climatiques (froid minimal, arrosage, luminosité) peuvent différer.

On distingue ainsi :

  • Les palmiers d’extérieur, qui réclament généralement le plein soleil et des hivers relativement doux ;
  • Les palmiers d’intérieur, issus des sous-bois tropicaux, adaptés à la faible luminosité de nos maisons et ne tolérant pas le gel.

Même s’ils tolèrent la sécheresse, les jeunes palmiers plantés en pleine terre nécessitent des arrosages réguliers sans excès durant les 2 ou 3 premières années.

Arrosage des palmiers

Vous pouvez détecter que votre palmier manque d’eau de différentes manières : des feuilles qui ternissent ou des palmes en éventail qui s’affaissent et referment leurs rayons pour réduire la surface exposée au soleil.

Pour les palmiers en terre pleine, arrosez abondamment une à deux fois par semaine pendant les mois d’été et en période de sécheresse. Les besoins diminuent avec la température. Ainsi lorsque temps se rafraîchit, un bon drainage du sol est recommandé pour augmenter la tolérance au froid des racines. Pour les palmiers en pot, arrosez à l’eau claire et pas trop calcaire dès que la surface du pot devient sèche ou filandreuse.

Si vous tardez trop à arroser, il peut être difficile de réimbiber la motte : il est alors nécessaire de gratter la surface avant d’arroser au centre du pot par petites doses, jusqu’à ce que l’eau sorte par le trou de drainage — et non par les bords de la motte. Une autre astuce est de plonger le pot entier dans une bassine d’eau, de façon à faire échapper toutes les bulles d’air.

Vous pouvez profiter de ces arrosages réguliers pour apporter un engrais liquide de type arbustes ou plantes vertes en respectant les dosages indiqués sur l’emballage.

Fertilisation des palmiers

Peu gourmands, les palmiers peuvent se contenter d’un ou deux apports de compost ou de fumure organique durant leur période de croissance au printemps et en début d’été.

Notez qu’il est préférable qu’un palmier souffre d’un manque de fertilisation plutôt que d’un excès.

Ce dernier peut attirer plusieurs maladies, des ravageurs et même provoquer une brûlure des racines.

Il existe deux méthodes pour la fertilisation :

  • Ajouter de l’engrais organique riche en azote au substrat de rempotage ou à la surface du pot au printemps.
  • Appliquer de l’engrais minéral liquide pour plantes vertes moins concentrées tous les 15 jours.

Vous pouvez découvrir comment fabriquer vous-même de l’engrais organique. Pour cette seconde méthode, il est recommandé de fertiliser par ciel couvert ou le soir pour éviter les brûlures sur les feuilles.

  • Évitez d’opérer par temps de pluie pour réduire les risques de lessivage des minéraux.
  • Tâchez à ne pas versez pas la solution sur les palmes ou le tronc.
  • Cessez de fertiliser si l’été connaît des périodes de refroidissement avec un ciel gris.

Taille des palmiers

Vous pouvez aussi tailler votre palmier au printemps ou en début d’été en ôtant les feuilles sèches ou jaunies ainsi que les anciennes inflorescences et fructifications. Coupez au plus près du tronc à l’aide d’un sécateur ébrancheur ou d’une scie d’élagueur au besoin. Si vous souhaiter couper des palmes encore vertes, conservez la base du pétiole (environ 15-20 cm du tronc) qui servira de protection au tronc en formation. Vous pouvez supprimer ces reliquats après quelques années, une fois bien secs.

Protection des palmiers contre hiver et les parasites

Une fois implantés et acclimatés, les palmiers peuvent supporter le gel. Cela dit, chaque variété possède son propre degré de résistance. Celle-ci est meilleure quand la terre est bien drainée et quand le palmier n’est pas exposé aux vents dominants (le vent augmente les effets du gel). Les palmiers cultivés en bac sont plus vulnérables, car leurs racines ne sont protégées que par la matière du pot.

Lors des premières gelées, voici le traitement à appliquer (notamment sur les palmiers plantés il y a moins de 3 ans) :

  • Remontez les palmes autour du cœur et enveloppez les jeunes sujets de paillassons ou de brandes.
  • Pour éviter la condensation, ajoutez un double voile d’hivernage dès que les températures négatives sont atteintes.
  • Ajoutez des pailles au sol pour isoler les racines du gel ou posez des briques.
  • Ôtez la neige des palmes dès qu’il y en a. Les palmiers adultes de Trachycarpus et Chamaerops la tolèrent cependant bien.
  • Protégez le pot avec du plastique à bulles et une plaque de polystyrène placée sous le pot.

Parlant des parasites du palmier, on en distingue généralement deux, notamment dans les pays méditerranéens : le papillon du palmier (Paysandisia archon) et le charançon rouge du palmier (Rhynchophorus ferrugineus). Appliquez les traitements qui conviennent si nécessaire. Découvrez un traitement efficace contre le papillon du palmier : le « traitement à la colle »

Vous voilà informés et aguerris au sujet des palmiers. A vous maintenant de faire bon usage de cette information pour dévoiler vos talents de palmiste !

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici