Gestion des déchets verts et bruns : Pourquoi opter pour le compostage ?

0
273

La nature a adopté depuis des milliers d’années une technique rationnelle de gestion de ces déchets. Elle n’a pas de structure de collecte de déchets ou de poubelle. Tout ce qu’elle produit comme déchet, elle s’en sert à nouveau pour se porter mieux et pour assurer sa propre survie. Elle fait naturellement ce que l’on appelle le compostage. C’est un procédé simple de recyclage des ordures ou des déchets pour un usage à but nutritionnel pour l’environnement. C’est grâce à cela que le sol reste sans grands déchets malgré les feuilles mortes des arbres, les fruits trop mûrs tombant par terre et les bouts de bois pourris. Le compostage est alors une option à envisager pour espérer sauver la planète de la destruction et pour bien d’autres raisons.

Le compostage, parlons-en !

Le compostage est le fait de collecter ses propres ordures ménagères alimentaires dans un récipient, peu importe la matière de fabrication du récipient. De temps en temps, on doit passer remuer le mélange pour que l’air puisse circuler et de ce fait faciliter la décomposition des différentes composantes. Au terme d’une bonne période de conservation et de suivi, le mélange devient finalement de l’engrais naturel à employer pour l’enrichissement de n’importe quel sol.

Ce n’est pas un simple mélange de déchets verts et bruns. Il faut aussi mettre l’accent sur la quantité de chaque type de déchets et savoir comment les disposer. Les déchets verts sont à verser en haut du mélange. Ils doivent prendre 60 % de l’espace réservé aux déchets en général. Les déchets bruns sont en dessous des verts et occupent le reste de l’espace, soit un pourcentage de 40 %. Le mélange est à remuer, il convient de garder cela à l’esprit.

Se servir de ses déchets pour nourrir les plantes ou les produits de son jardin ou de son champ de culture est un moyen écologique de prendre soin de la nature.

Il s’agit d’employer les matières les plus bénéfiques pour la nature parmi les déchets pour la nourrir, au lieu de les remettre entre les mains des collecteurs d’ordures qui se chargent de les enfouir après. C’est une façon de trouver une certaine utilité aux ordures que l’on produit chez soi. Cela rend service à plus d’un et permet à l’atmosphère de mieux respirer. Ainsi, pour un bon compost, certaines matières sont à prendre en compte particulièrement. Ce sont des déchets qui répondent à des critères spécifiques et ont un apport plus important en termes de richesse en substances organiques. On les classe selon la couleur. Il y a entre autres les déchets verts et les déchets bruns.

Les déchets verts

Ils sont riches en azote et apportent au mélange un peu d’humidité. Issus la plupart du temps d’aliments de couleur verte, ce sont souvent des éléments non négligeables dans l’obtention d’un bon compost. Grâce à ce type de déchet, il est facile d’espérer nourrir les plantes avec le compost obtenu au terme du processus. C’est la raison qui motive son choix comme composant du compost. Ce sont par exemple les déchets issus des bouquets de fleurs, du gazon du mini-parc, des épluchures de fruits et de légumes ou des restes d’un repas purement végétarien. Il s’agit d’avoir le maximum de produits bio.

Les déchets bruns

Ce sont les déchets qui se décomposent lentement. Ce faisant, ils apportent le carbone primordial à la survie des micro-organismes responsables de la décomposition des déchets. Ils constituent l’essence qui fait tourner la machine dans le bon sens. Le mécanisme dépend de leur richesse en carbone. C’est pour cela qu’il faut veiller à les avoir en bonne quantité aussi pour espérer avoir un bon compost. Ils proviennent des pommes de terre, des tomates pourries, des cartons en morceaux, des rouleaux de papier et essuie-tout, des journaux, des coques de noix et de noisette, des boîtes d’œufs, des coquilles d’œufs et autres.

C’est pour avoir un engrais naturel de qualité afin d’investir ce que la nature nous a donné pour prendre soin d’elle que l’on adopte habituellement la méthode de culture basée sur le compostage. Il est question de maintenir l’environnement dans un état favorable à la vie pour toutes les générations à venir.

Les différents récipients pour le compost

Les centres de formation et de renseignement sont les premiers centres donnant accès aux récipients de compostage. On distingue généralement deux types de récipients : les récipients en bois et les récipients en plastique.

  • Les récipients en bois : Ce sont des réservoirs assez écologiques, parce que faits dans du bois. Ils sont faciles d’exploitation. Le seul inconvénient est qu’à la longue, ils se gâtent et finissent aussi par se décomposer. Il est vrai que cela en fait encore un surplus de compost pour la nature. C’est quand même souvent plus cher que les autres récipients sur le marché.
  • Les récipients en plastique : En faisant confiance au plastique, on parait moins écologiste, mais on réussit à faire plus d’économie. Le plastique est également une matière qui donne de la chaleur et par ricochet accroit la rapidité de la décomposition du compost fabriqué.

Faire des économies

Grâce au composte, on règle plusieurs problèmes en un seul geste. Ici, dès lors que les déchets ne sont plus versés dans un sac à ordures pour que les collecteurs de déchets ne passent chercher, c’est déjà un bénéfice. Celui qui adhère au compostage réussit de ce fait à se passer plus aisément des abonnements aux services des différentes structures de collecte et de stockage ou vente de déchets. L’argent dépensé autrefois pour cela peut être investi dans une autre activité. Il est aussi possible de réduire ses déchets avec un lombricomposteur.

Pour ce qui concerne l’achat d’engrais chimique non moins toxique pour la nature, l’individu est appelé à dépenser beaucoup pour leur acquisition. Les frais d’achat ou de jardinage professionnel sont réduits à zéro avec le compostage. Le compost obtenu peut s’appliquer par le propriétaire lui-même sans qu’il ne soit dans la nécessité de solliciter l’expertise d’un jardinier de profession. Il suffit qu’il cherche les informations les plus basiques dans des ouvrages et qu’il suive les instructions données.

En termes d’économie, il est bien de remarquer que du point de vue usage d’eau pour arroser le jardin ou encore la fleur de décoration, il n’y a plus d’obligation. L’individu se charge juste de rajouter le compost pour s’attendre à ce que sa culture porte ses fruits. C’est également un profit que l’on tire à mettre ses ordures dans une poubelle spécialement conçue pour le compost. L’idée est de pouvoir autonomiser son champ ou son jardin pour en tirer le meilleur parti. C’est un procédé ingénieux et naturel sans dépense d’argent qui finit par s’avérer très enrichissant pour le sol.

Pour ce qui est de l’économie faite grâce au compostage, il ne s’agit pas seulement d’argent. Cela a à voir aussi avec le temps. Il n’est plus question de perdre du temps pour l’arrosage de jardin. Le sol est assez riche pour faire le travail sans aide extérieur. Cela vous laisse une liberté de choix pour d’autres activités.

Enrichir le sol

Dès que la matière obtenue est de très bonne qualité, le premier élément naturel à en bénéficier, c’est le sol : on parle d’enrichissement du sol. Il arrive grâce à ce compost à reprendre de la vigueur. Puisque ce qui lui est offert comme engrais est tout à fait basé sur ce qu’il a laissé l’homme produire par générosité, c’est comme si l’homme lui retournait son fruit, mais en compost naturel.  

L’homme puise grâce à son savoir-faire de la nature les bons produits pour sa consommation et les renvoie au sol pour le rendre plus nutritif. C’est un mécanisme simple : la nature nourrit l’homme et l’homme nourrit la nature. Le sol sort de cette relation gagnant avec à la clé plus de nutriments. Un sol nourri au compost devient plus fertile et produit plus aisément du bon. Les substances du compost étant naturelles, elles renforcent la capacité du sol et le rendent plus apte à être cultivé. Le sol du jardin après un usage fréquent et usuel du compost finit par devenir riche et ne nécessite plus autant de temps et d’entretien.

Enrichir le sous-sol

Si le sol s’enrichit, à la longue cela rejaillit sur le sous-sol. Les produits utilisés pour renforcer la capacité du sol ne sont rien d’autre que les produits que le sous-sol a permis au sol d’extraire de lui pour se nourrir par le biais des racines. Ces mêmes produits en revenant au sol vont permettre au sous-sol de récupérer ses dépenses en substances. Le sous-sol appauvri finit par en avoir pour son compte en termes de substance de rechange.

Le compost ne fait plus seulement du bien au sol, mais également à son fournisseur. Le sous-sol finit par respirer un peu et se refait une petite réserve de matière, le sol n’ayant plus besoin de son apport permanent. C’est un facteur d’enrichissement du sous-sol. Le compost permet à des éléments naturels de retourner dans leur habitat. Cela crée une base plus solide dans l’architecture du sous-sol. Toutes les anciennes substances en rupture de stock se réapprovisionnent à la source constituée par ce sous-sol naturel. Les conditions optimales sont alors réunies pour que tout entre dans l’ordre.

Être éco citoyen

C’est toujours un bien de procéder par le naturel pour répondre aux besoins de la nature. Le compostage est le premier élément par lequel l’on redonne à mère Nature ce qu’elle a généreusement offert à ceux qui l’exploitent à tout bout de champ. Il est un moyen pratique de suivre de près l’évolution de la nature.

L’impact de tous nos actes sur la nature n’est pas perceptible sur l’heure, mais par la suite nous finissons par avoir le retour. C’est pour ne pas avoir à détruire la nature, plus que ce n’est déjà le cas, que le compost est à adopter. Grâce à ce mécanisme, l’on réussit à réutiliser et à recycler nos déchets. La pollution atmosphérique est réduite d’au moins un quart par individu faisant recours au compost. Cela va même permettre à la nature de mieux se porter. Si la nature se porte bien, c’est que les gestes écologiques comme le compostage portent leurs fruits et la terre ne peut en être que plus heureuse.

Sauvegarder la terre pour la postérité

 En adoptant le compost, la planète terre s’en trouvera mieux. Il n’est pas question de guérir le sol. Il s’agit de lui redonner une nouvelle vie avec tous les attraits possibles. Le sol est plus riche, fertile donc facile à cultiver. Quoi de mieux pour assurer une meilleure vie à sa progéniture ? Les générations qui vont suivre nous sauront gré de leur avoir légué un patrimoine conséquent pour se nourrir.

Le sous-sol va forcément à la longue se solidifier et les matières premières couleront à nouveau. À ce stade, les différentes plaques vont mieux fusionner pour donner à la planète terre une plus grande stabilité. Les différentes catastrophes naturelles ne seront plus d’actualité.

L’utilité du compost

Le compost obtenu ne doit être employé sans l’ajout de quelques éléments lui permettant d’avoir une efficacité optimale. Il peut être utilisé directement sur les plantes et les arbres en ayant besoin pour leur croissance. Cela ne dépend que de votre habileté à bricoler et à faire du jardinage sans vous entremêler les ciseaux.

Il peut être employé pour renforcer la fertilité du sol du jardin ou du parc du quartier. Il est question de mettre plusieurs personnes dans la danse. La priorité est de mettre la richesse du sol au-delà du seuil initial. Le sol va plus vous être acquis et il n’y aura plus de besoin obligatoire de fertilisant. Si vous finissez par en avoir un peu trop pour votre seul usage, partagez avec ceux qui vous entourent et qui en ont besoin. Cela va rendre les autres aussi écologistes que vous, peut-être même que vous irez jusqu’à en faire votre travail communautaire.

Le compostage en groupe

Il y a plusieurs types de compostage que vous pourrez faire en collaboration avec vos voisins ou les habitants de la même ville. C’est toujours plus coercitif. Le premier élément est de ne pas compter que sur ses propres forces. En aidant les autres à mettre la main à la pâte, vous réussissez à imposer une certaine solidarité.

  • Le compostage en pied d’immeuble : Pour le compostage en pied d’immeuble, il est nécessaire d’avoir au moins sept ménages pour que cela soit une réussite. Deux des sept ménages seront chargés des formalités et du suivi du processus. Il est primordial d’avoir l’accord de tous les habitants de l’immeuble. Cela va faciliter les relations avec l’entourage et réduire le risque de plainte.
  • Le compostage en structures éducatives : Dans ce type de compostage, il est évident qu’il faut se baser sur des projets éducatifs viables. La plupart du temps, c’est l’initiative d’une école qui finit par entraîner toutes les autres avec elle. Ce procédé est beaucoup plus développé dans les centres de formation et de loisirs attachés à des valeurs liées à la préservation de la nature.
  • Le compostage en jardin public : Il faut juste avoir l’accord de la municipalité. Si le projet est porté par une personne respectée du quartier ou de la zone, il n’y aura pas d’opposition. Cela permet à toute une commune d’obéir aux règles éco citoyennes et de vivre dans un environnement sain pour la postérité. Ce genre d’initiative est à l’actif des associations et mouvements de défense de la nature.

Tous les moyens sont bons pour préserver la nature et lui donner une plus grande malléabilité en ce qui concerne la culture et la richesse. C’est à cela que toute la génération actuelle doit aspirer à l’ère de la mondialisation avec la destruction progressive de la couche d’ozone et l’affaiblissement du sol et du sous-sol. Ce doit être le mot d’ordre de toutes les communautés.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici